La crypte de la cathédrale de la Almudena

Posted on 20 août 2017

La visite de la crypte nous a beaucoup plus intéressé. 400 colonnes, toutes différentes et décorées, et sur le pourtour, une vingtaine de chapelles.

Particularité : toutes ces chapelles sont privées et appartiennent à des familles espagnoles, pour la plupart issues de la noblesse si l’on en croit les titres de comte et marquis signalés sur les plaques.

D’une chapelle à l’autre, il y a très visiblement une surenchère dans la décoration, ultime signe de différenciation sociale. Il y a ceux qui ont des mosaïques, souvent très belles (une constante à Madrid, les ornementations de mosaïque sont toujours très délicates, colorées et harmonieuses dans le choix des couleurs) ; Et il y a ceux qui ont des sculptures, des plafonds ou des murs dorés, des cercueils en marbre, des vitraux incroyables de précision…

Détail amusant : certaines chapelles ne s’illuminent que si l’on met un euro dans le boitier temporisateur ! Jusque dans la mort, l’ancêtre gagne encore de l’argent ! Bonne idée, mais moi j’aurais poussé le concept jusqu’au bout : pour un euro de plus, j’aurais lancé la musique et fait descendre une boule à facettes.

Cathédrale de l’Almudena

Posted on 20 août 2017

La cathédrale de Madrid est très récente et présente pas mal de caractéristiques remarquables. A commencer par sa construction : débuté en 1883 pour ce qui devait être simplement une église, le projet est remanié en 1885 afin de devenir une vaste cathédrale. La construction est interrompue en 1911, lorsque la crypte est achevée, pour reprendre en 1950, dans un style différent de celui prévu à l’origine, les critères esthétiques ayant évolué, puis de nouveau arrêtée en 1965, faute de financement, pour finalement redémarrer en 1984 et s’achever 9 ans plus tard, c’est à dire 110 ans après la pose de la première pierre.

Du coup, la cathédrale présente plusieurs styles architecturaux différents : la crypte est de style néoroman, l’intérieur est de style gothique (piliers et ogives) tandis que l’extérieur est néoclassique.

Les vitraux, dans un style « cubiste », sont également particuliers (les personnages sont représentés uniquement avec des losanges, des triangles, des carrés), et les portes sont très lourdement plaquées de bronze. La principale « décoration » intérieure consiste en des plafonds peints.

Avis personnel (mais partagé) : bien qu’original par le mélange des styles, l’ensemble est franchement massif, manque d’élégance et de lumière. Nous avons été nettement plus convaincus par la visite de la crypte.

Le centre de Madrid

Posted on 19 août 2017

Le centre ville de Madrid est une succession de vastes places, reliées par un réseau de petites rues. Plaza de Santa Ana, plaza Mayor, plaza de la Puerta del Sol… on y passe nécessairement. D’autant plus qu’elles ne sont pas très éloignées les unes des autres. Je pensais devoir marcher davantage.

Au fronton d’un immeuble : la statue d’un ange victime d’un atterrissage loupé

Les rues sont très animées et touristiques (sauf entre midi et 15h), dans un mélange totalement chaotique de boutiques : un magasin spécialisé dans le jambon ibérique jouxte un bazar de souvenirs made in China, lequel côtoie une boutique spécialisée dans les objets religieux.

Ca doit avoir un autre nom, mais « style meringue » correspond bien à mon avis, tant pour la couleur que les ornementations

Pareil pour les immeubles : il y a toujours beaucoup d’immeubles remarquables, mais dans des styles totalement différents et sans la moindre unité. Le style « meringue » a visiblement été très en vogue à Madrid, avec ces immeubles qui ressemblent à des gâteaux couverts de chantilly, mais il y a aussi quelques bâtiments Art-Nouveau très intéressants.

Etrangement, les places ne sont pas vraiment mises en valeur, et c’est surtout vrai durant la nuit, alors que l’animation dans les nombreux restaurants est à son maximum : quasiment aucun éclairage pour mettre en valeur les bâtiments ou les statues.

Statue de Philippe III, sur la Plaza Mayor

Le centre ville, c’est aussi le marché de Saint Michel (« Mercado de San Miguel »), avec sa structure métallique, et ses innombrables stands. C’est un « food market » : on y vient pas pour faire ses courses, mais pour manger. Il y a uniquement des stands proposant des plats prêts à consommer, debout ou assis devant les hautes tables qui occupent le centre du marché. Fromages, jambons (évidemment !), tapas, pizza… Tout est soigneusement présenté (même les sandwichs semblent sortis des cuisines d’un traiteur de luxe), super appétissant, et pas excessivement cher.

Donc, c’est là que nous avons déjeuné (et que l’on repassera, c’est certain). Pour le dessert, j’avais noté dans le quartier l’adresse de « Mistura », pour les glaces bio, et de la chocolaterie San Gines, une institution pour le « chocolate con churros » (depuis 1894 proclame leur site internet). Finalement, nous avons essayé les deux (pas très raisonnable !)

Bilan : les glaces de Mistura sont excellentes. En ce qui concerne le chocolate con churros, on y reviendra probablement pas. La pâte à beignet que l’on trempe dans un verre de chocolat noir super épais, c’est très bon, mais qu’est-ce que c’est gras !

 

Palacio de Cristal

Posted on 19 août 2017

Construit en 1887 pour abriter une exposition sur les Iles Philippines, le Palacio de Cristal, grande serre de verre et de métal, est au coeur du parc Del Buen Retiro. Plus que prendre des photos, le plus agréable a été d’arriver dans le parc très tôt : après le départ des coureurs et avant celui des touristes. Pas un bruit si ce n’est celui des oiseaux, et personne en vue nulle part.

Pour terminer l’après-midi

Posted on 18 août 2017

Petit détour par la gare d’Atocha, et son jardin tropical (avec végétation luxuriante, bassins et centaines de tortues !) au beau milieu du hall, puis retour à l’hôtel en traversant le Parc du Buen Retiro, le grand parc du centre de Madrid.

La roseraie n’est guère fleurie (ça devait être magnifique il y a quelques semaines), mais le grand bassin est l’occasion d’essayer quelques photos en pose longue (mauvaise idée : avec ce soleil, c’est perdu d’avance. Deuxième mauvaise idée : oublier de bien nettoyer le filtre gris avant de lancer une pose de plusieurs secondes : les saletés font de très visibles tâches noires sur la photo. D’ailleurs, la photo qui illustre l’article ci-dessous ne fait pas partie de la série en pause longue).

Etang Parque del Buen Retiro

Cependant, le véritable but de la visite est d’opérer quelques repérages autour du Palacio de Cristal, afin de revenir faire des photos demain, au lever du soleil.

Caixa Forum

Posted on 18 août 2017

C’est l’après-midi des bâtiments remarquables : le Caixa Forum, soit une ancienne centrale électrique en briques, rehaussée de plaques en acier rouillé, et littéralement décollée du sol, posée sur de gros piliers métalliques (avec de sacrés porte-à-faux !). On ne le voit pas vraiment sur la photo (je voulais aussi cadrer le mur végétal, qui forme un contraste étonnant avec le Caixa Forum), mais il est possible de passer sous l’ancien bâtiment de briques. L’entrée s’effectue d’ailleurs par dessous.

C’est un cabinet d’architecte célèbre qui a orchestré la reconversion de cette usine : Herzog et De Meuron. Au moins, le style adopté à Madrid est très différent de ce que les architectes ont proposé à New York.

Le Caixa Forum est un centre culturel, qui propose des activités aux familles madrilènes et des expositions temporaires (qui ne nous inspiraient guère et dont nous nous sommes dispensés, échaudés par l’expo temporaire du Circulo de Belles Artes, assez « spéciale », que nous avons parcourue plus tôt dans la journée)

Et toujours : des statues.