Posts by Olivier

Ce que je retiens de Madrid

Posted on 28 août 2017

De cette semaine (et un peu plus) passée à Madrid, outre les photos, je retiens surtout : Les musées Cerralbo, Lazaro Galdiano, ainsi que l’armurerie du Palacio Real valent vraiment le déplacement. Nous n’avons pas fait les musées les plus célèbres que sont le Prado et l’Escurial. Ce sera pour une prochaine fois. Madrid est une ville où il faut vraiment se promener le nez en l’air, afin de repérer les terrasses et les façades étonnantes des immeubles, souvent surmontées de statues « El Corte Inglès », le grand magasin espagnol : il y en a à tous les coins de rue ! C’est comme si à Paris il y avait 3 ou 4 « Galeries Lafayette » dans chaque arrondissement ! Il fait vraiment très chaud en…

Le musée Lazaro Galdiano

Posted on 27 août 2017

José Lazaro Galdiano était un éditeur et un grand collectionneur, qui à sa mort en 1947 a légué ses collections et sa vaste demeure à l’état. C’est tout aussi intéressant que le musée Cerralbo, et particulièrement bien organisé : les collections sont classées par thèmes (armes, meubles, monnaies, bijoux, tissus, tableaux), et par pays (peinture flamande, peinture française, peinture espagnole des 16ème et 17ème siècles, des 18ème et 19ème siècle… ). Très méthodique ! Mais du coup, cela permet au visiteur de s’attarder sur les thèmes qui l’intéressent le plus et de passer rapidement dans les salles abritant des collections qui l’intéressent moins. Le musée comporte également une bibliothèque abritant environ 20.000 volumes de toutes époques, dont certains ont plusieurs siècles. Mention spéciale pour…

L’église de San Manuel et San Benito

Posted on 26 août 2017

Retour à Madrid où, après plusieurs tentatives s’étant soldées par une porte close, nous parvenons enfin à entrer dans l’église de San Manuel et San Benito. Elle n’est étrangement pas citée dans le guide du Routard (alors qu’envoyer les touristes au 8 de la Calle del Avé Maria, franchement, ce n’est pas sérieux). C’est bien dommage, car l’intérieur de l’église, entièrement recouvert de mosaïques colorées et dorées, vaut vraiment le coup d’oeil. Elle est d’ailleurs classée comme « bien d’intérêt culturel appartenant au patrimoine historique espagnol ».

La maison de Cervantes

Posted on 26 août 2017

La maison natale de Miguel de Cervantes Saavedra présente une habitation typique du 16ème siècle. C’est petit et chichement meublé, sans aucune décoration. Le principal intérêt me semble être de remettre un peu en perspective le mode de vie d’une famille relativement aisée de l’époque (le père de Cervantes était médecin, mais pas vraiment réputé). Si vous aviez une maison, un lit par personne, des couverts et 2 ou 3 coffres où ranger vos affaires, vous faisiez partie des personnes favorisées. Une exposition de photos est également proposée à l’étage (et d’après l’insistance du personnel de la maison / musée, il est « obligatoire » d’aller voir les photographies), et devant la maison, une amusante statue en bronze de Don Quichotte et de Sancho Panza à…

Universidad de Alcalá

Posted on 26 août 2017

L’université ne se visite qu’à des horaires bien précis, en visite guidée uniquement, et seulement avec un guide parlant espagnol. Petit moment de fierté : mis à part une ou deux phrases dont le sens m’a échappé, je n’ai pas eu de difficulté à suivre la visite, et c’est tant mieux, car les explications et anecdotes racontées par notre guide étaient largement aussi intéressantes que les lieux eux-mêmes, reconstruits depuis 1499. Finalement, il est resté quelque chose de tout ce que mes professeurs d’espagnol ont essayé de m’apprendre. L’université d’Alcala, fondée en 1499 par le cardinal Cisneros, un franciscain, n’est pas la plus vieille du monde. Cependant, c’est le tout premier campus de l’histoire, c’est à dire que pour la première fois, une ville…

Alcala de Henares

Posted on 25 août 2017

Alcala de Henares est une ville de 200.000 habitants, à une trentaine de kilomètres à l’est de Madrid. Y aller est l’occasion de vérifier que les bus madrilènes fonctionnent exactement comme les nôtres : le bus de 10h13 arrive devant la porte de départ de la gare routière pile à l’heure, mais choisi de ne pas s’arrêter. Le tableau d’affichage semble indiquer qu’il a été annulé. Tout le monde le regarde s’éloigner, vide, avec flegme. Les bus suivants sont prévus respectivement à 10h20 et 10h50, c’est donc fort logiquement que le bus arrive à 10h35, et part sitôt les voyageurs présents montés à bord (alors que la gare routière constitue le point de départ de la ligne). Au retour pour retourner à Madrid, les…