La semaine à New York n’est pas sitôt terminée qu’un nouveau voyage commence, à Madrid. Chouette !

A peine deux heures d’avion depuis Paris, voyage riche en retards et rebondissements, grâce à Air France.

En fait, pour voyager avec la compagnie nationale, ce n’est pas patriote qu’il faut être, c’est surtout masochiste. Cette fois, j’avais 2 cartes d’embarquement, pour 2 sièges différents. Comme l’avion était absolument plein, ça a évidemment posé des problèmes. Mention spéciale également au personnel espagnol de l’aéroport Adolfo-Suárez de Madrid-Barajas, qui a quand même mis exactement une heure avant d’envoyer sur le convoyeur les 20 dernières valises des passagers, alors que nous étions déjà au comptoir Air France pour déclarer la perte. Je ne vais pas détailler l’embarquement commencé, puis annulé, on va croire que je râle… J’espère quand même que les équipes de maintenance sont mieux organisées, sinon, il y a de quoi s’inquiéter.

Du coup, j’ai juste eu le temps de m’installer (très, très confortablement) à l’hôtel. Les visites commenceront demain.