Je n’ai pas encore décollé que j’ai déjà l’occasion de publier un nouvel article. Ca s’annonce prometteur. Nouvelle illustration de la bêtise de certaines des règles que nous aimons tant : étant très chargé, j’ai résolu le problème du transport en arrivant à l’aéroport avec ma plus grosse valise (qui ne contient presque que des cadeaux), et avec la plus petite, format bagage cabine, qui contient l’ordinateur et l’appareil photo dans son sac.

Pesée de la valise : 23,4 kg. Impeccable. Pesée du bagage cabine : 13 kg, pour 8 autorisés.

D’un ton neutre, l’hôtesse m’indique que là, je dépasse très franchement la limite, et que si elle veut bien que je transfère quelques affaires dans la grosse valise, je vais néanmoins me voir appliquer une surcharge tant que le bagage cabine est au-dessus de la limite.

Question : en plus du bagage cabine, ai-je droit à un bagage à main, type ordinateur ou sac à main ? Elle confirme.

Donc j’ouvre le bagage cabine, en sort le sac de l’appareil photo et le passe en bandoulière. Je repose le bagage cabine sur la balance : 7,5 kg. Validé. J’obtiens ma carte d’embarquement, laisse la valise partir sur le tapis roulant et récupère le bagage cabine.

Airbus A380

Je l’ouvre et remet le matériel photo dedans.

En réalité, je ne suis pas bien charitable avec cette hôtesse d’accueil : elle applique la règle, aussi idiote soit-elle, et se fiche bien de la manière dont on peut la contourner, tant qu’à l’instant « t », en l’occurrence la pesée des valises, la règle est satisfaite.

C’est absurde. C’est la règle.