Après la visite de la synagogue Espagnole, celle de la synagogue Vieille-Nouvelle représente un contraste saisissant. Il s’agit de la plus vieille synagogue d’Europe encore conservée, et de la seule datant de la période médiévale (elle a été construite au 13ème siècle).

Entièrement en sous-sol, elle est particulièrement austère et dépouillée, presque comme taillée dans la roche.

Synagogue Vieille Nouvelle_2015_01

Egalement dans un style très sobre, la synagogue Pinkas présente une ornementation tout à fait particulière : sur ses murs blanc sont inscrits les noms des 77.297 citoyens Juifs issus de Bohème victimes de l’Holocauste. Il n’y a rien d’autre que des noms, écrits très régulièrement, sur tous les murs. Et c’est écrit petit.

J’ai trouvé l’effet tout à fait saisissant, d’autant plus qu’au premier étage, la visite se poursuit par une exposition de dessins d’enfants : ceux des enfants déportés durant la seconde guerre mondiale dans le camp de concentration de Terezin. Très peu d’entre eux en sont revenus.

Synagogue Pinkas_2015_01