Il s’agit du plus grand jardin privé de Paris, plus grand que celui de l’Elysée : 3 hectares en plein coeur du 7ème arrondissement, ouvert à la visite à l’occasion de la 13ème édition des « Rendez-vous aux jardins » (pendant que Manuel est à Poitiers et fait semblant de s’intéresser à ce que racontent ses amis ; La preuve : il a préféré s’éclipser à Berlin pour assister à un match de foot)

Matignon01

Le jardin débouche rue de Babylone. C’est à 2 minutes de l’appartement, je passe devant presque tous les jours. Pour une fois, c’est donc « visite à domicile », d’ailleurs, j’ai temporairement renommé le blog en conséquence.

Il faut reconnaitre que la visite est très bien organisée, et que le jardin est magnifique. Quelques jardiniers sont présents pour répondre aux questions et apporter un complément d’information sur les nombreuses petites histoires des lieux. Ainsi, s’il est connu que chaque premier ministre plante un arbre, l’on apprend que la tradition remonte à Raymond Barre : une classe d’élèves canadiens, en visite à Matignon, lui avait offert un plant d’érable à sucre, et le Ministre l’a fait planter dans le jardin. Les ministres suivants ont perpétué la tradition jusqu’à aujourd’hui, et l’on peut voir, au centre du jardin, le chêne fastigié planté par Manuel Valls (et non le chêne « fatigué », il ne faut pas confondre l’arbre et le ministre. D’ailleurs, en lisant la liste, je ne suis absolument pas surpris d’apprendre que Dominique de Villepin a planté un chêne pédonculé et que François Fillon a choisi un « cornouiller des pagodes ». Je pense que les jardiniers nous envoient un message)

Matignon02

Outre les arbres plantés par les ministres, clairement identifiés, quelques panneaux d’information très bien conçus détaillent l’histoire et la conception du jardin, ainsi que celle de l’Hôtel (qui était situé à la campagne lors de son édification, et qui a coûté plus cher que prévu, au point que le commanditaire de la construction, Christian-Louis de Montmorency, a du le revendre avant son achèvement à Jacques de Goyon, sire de Matignon)

Matignon05

Parmi les anecdotes, on apprend que si 2 petites stèles sont visibles sous un arbre (photo ci-dessus), c’est parce que le jardin comporte un cimetière de chiens, qui date de la période durant laquelle l’Hôtel servait d’Ambassade d’Autriche-Hongrie. Et dernier bonus de la visite : les ruches installées dans les jardins produisent chaque année environ 40 kilos de miel, que les visiteurs sont invités à goûter.