A l’hôtel, passer sous la douche est toujours quelque peu angoissant, dans la mesure où réglée sur « tiède », la douche projette en fait trois secondes d’eau froide, puis trois secondes d’eau brûlante, puis trois d’eau froide, trois d’eau brûlante, et ainsi de suite. En moyenne, c’est vrai, elle est tiède. En pratique, vous êtes gelé et ébouillanté dix fois en une minute…

Specialites

Quelques autres spécialités locales (en plus des hôtels qui ne méritent guère leur classement).

  • Les surelles. Ce sont de petites baies, de la taille d’une cerise, verte et très acides lorsqu’elles sont mûres. Une fois confites et devenues noires, c’est pas mal du tout, à la fois acide et sucré.
  • Le jus de canne à sucre. Pour avoir une idée, je vous propose de faire vous-même votre jus de canne à la maison. Allez en forêt et coupez une branche d’arbre encore verte. Mettez-là à mariner dans une grande bouteille d’eau, non sans avoir au préalable ajouté une quantité tout à fait déraisonnable de sucre (14 grammes pour 100 millilitres ! Cela correspond bien à la teneur en sucre d’une canne, 14%, si je me souviens bien des explications glanées à la sucrerie de Beauport). Voilà, au bout d’un mois, ça devrait avoir tant la couleur que le goût du jus de canne. Bref, pas terrible.
  • Par contre, les chocolats de David Vignau sont excellents ! Les cônes en chocolat rempli de Ti-punch sont également très bons, et ses macarons (oui, j’ai tout essayé) se comparent sans problème à ceux des meilleurs boutiques parisiennes. J’ai mangé léger en rentrant de son magasin.
Une autre spécialité locale : les iguanes. Ils ne sont ni dangereux, ni agressifs, et connaissent généralement en traversant les routes le même sort que nos hérissons

Une autre spécialité locale : les iguanes. Ils ne sont ni dangereux, ni agressifs, et connaissent généralement en traversant les routes le même sort que nos hérissons