Le site internet de British Airways connait quelques bugs. Confirmation hier en arrivant à l’enregistrement, où j’ignorais si le surclassement proposé pour un modeste surcoût lors de la validation sur internet serait effectif, le site ayant renvoyé un message d’erreur définitif lors de l’étape finale. La banque, elle, n’a pas déraillé et ma carte de crédit a bien été ponctionnée.

Au comptoir, légère incompréhension du personnel, car l’ordinateur indique que je dispose d’un siège en classe éco… et d’un autre en « premium ». Il y a donc bien un bug, mais au moins, je suis certain d’avoir une place.

Finalement, quelques minutes après l’enregistrement, l’ordinateur décide que je dois être surclassé une nouvelle fois, et je me retrouve avec un billet en « business ». Pas mal ! Les fruits frais et les macarons au petit déjeuner, c’est sympa. Tant mieux d’ailleurs, car pour traverser l’Atlantique, il nous a fallut 10 heures 30 et un stop en Irlande pour refaire le plein, au lieu des 8 heures 30 prévues (« vents contraires » d’après le commandant de bord).

Times Square 01

Le temps de rejoindre le centre de New York et de poser nos affaires à l’hôtel / à l’appartement, la nuit est tombée. Mais comme nous sommes à deux pas de Times Square, nous sommes quand même sortis faire quelques photos… Parmi des milliers de touristes.

La première impression est très partagée. En bons parisiens, nous sommes consternés d’imaginer les touristes découvrant la France pour la première fois via la ligne B du RER et la Gare du Nord. New York, ça n’est guère mieux, du moins lorsque l’on atterri à l’aéroport de Newark. Le train régulier qui rejoint la ville n’est pas du tout adapté aux voyageurs avec valises, et sur les 20 kilomètres qui séparent l’aéroport de la ville, le paysage ressemble à un immense dépotoir : carcasses de camions, collines défoncées, pipelines et tuyaux divers, marécages, végétation chétive et laissée à l’abandon, rails de béton des autoroutes suspendues qui zèbrent la campagne. Paris : 1, New York : 1. Egalité.

Times Square 02

Espérons que les visites d’aujourd’hui en centre ville dissiperont cette première impression pour le moins mitigée.