La Tour Mori, c’est à mon avis l’exemple type de la visite « intelligente » : on paye pour accéder à la terrasse et faire des photos de la ville, à plus de 200 mètres du sol, et moyennant un petit supplément de 500 yens, l’accès à l’exposition d’art contemporain est autorisé.

Côté point de vue sur la ville, le toit terrasse de la tour est l’un des meilleurs de la ville : directement à l’air libre, sans vitre ni lumière parasite pour dégrader la photographie. Par contre, pour nous, le temps est loin d’être idéal, chaleur et pollution produisent une brume très importante, particulièrement visible depuis cette altitude. J’ai tenté quelques photos, mais tout est noyé dans une soupe grisâtre. Le résultat n’est pas terrible.

View from Mori Tower 01

Côté Art contemporain, les expositions organisées dans la tour sont réputées pour leur qualité. Déjà en 2009, c’était l’expo qui m’avait le plus intéressé. Cette année, la tour accueille ce qui est tout simplement le plus important fonds d’oeuvres d’Andy Warhol jamais exposé en Asie. L’exposition est déjà passée par Singapour, Hong Kong, Shanghai et pékin, et clôture à Tokyo où elle a encore été augmentée. Au total, 700 pièces sont exposées ! De plus, les nombreuses explications, en anglais, sont claires et bien conçues, et les oeuvres, regroupées de manière chronologique, permettent une bonne compréhension du travail de l’artiste et de son évolution.

Une fois de plus, c’est donc une exposition de très haut niveau !

Bien entendu, à l'intérieur de l'exposition, les photographies ne sont pas autorisées

Bien entendu, à l’intérieur de l’exposition, les photographies ne sont pas autorisées