Promenade nocturne dans les ruelles surchauffées de Shibuya. Enseignes lumineuses partout, musique à fond, écrans géants projetant des publicités énervantes… Magasins surprenants dans le centre (Village Vanguard : l’adresse à ne surtout pas louper ! On y trouve pèle-mêle des tee-shirts, des tasses à café, des mangas et des livres « sérieux », des bonbons, des combinaisons fluos en lycra, des bonnets en forme de crotte, des sacs à dos et tout le matériel de camping, des figurines, des distributeurs de bonbons Pez (ça existe encore !), des mains et têtes coupées hyper réalistes en silicone… Impossible de dresser une liste exhaustive tellement c’est un bazar invraisemblable. Le tout, en sous-sol, avec des allées étroites. En cas de tremblement de terre, c’est un coup à mourir étouffé sous les produits dérivés Hello Kitty…)

Au deuxième sous-sol, sous le magasin Village Vanguard, l'entrée de ce qui doit être un club

Au deuxième sous-sol, sous le magasin Village Vanguard, l’entrée de ce qui doit être un club

Plus haut, la colline des Love Hôtels, un peu à l’écart de l’animation bruyante du quartier. Certaines enseignes sont en français et nous ont bien fait rire. Attention à ne pas confondre le Love Hôtel « Prince de Galles » avec son homologue parisien : ce n’est pas tout à fait le même standing !

Love hotels 2014 01

Et pour le dîner, le choix fait au hasard a été encore une fois particulièrement heureux : Udagawa Café. Ambiance cosy, serveuse ravie de montrer qu’elle connait quelques mots de français, et les pizzas (je sais, pas très typiquement japonais comme plat) sont excellentes.