Après le Yasukuni, la journée reste consacrée aux parcs, et nous décidons d’aller à Ueno, quelques kilomètres au nord des jardins impériaux. A la sortie du métro, en marchant à la recherche d’un endroit où déjeuner, nous tombons par hasard sur une rue minuscule, coincée entre deux voies ferrées aériennes, où chaque mètre carré est occupé par un petit restaurant un peu décati. Je n’y pensais même plus, mais oui, nous sommes dans le quartier du marché d’Ameya Yokocho, autre lieu incontournable de Tokyo.

Ameya Yokocho 2014 01

Encore un de mes endroits favoris : le chaos le plus total, d’un côté des boutiques de fringues « vintages », de l’autre des stands où l’on peut acheter divers trucs séchés, sensément comestibles et pas toujours clairement identifiables, un bon paquet de magasins vendant de la pacotille, une population très mélangée de touristes, étudiants, cadres, mais toujours en forte densité au mètre carré, le tout rythmé par le bruit caractéristique des trains qui passent toutes les 30 ou 40 secondes quelques mètres au-dessus des têtes.

Pour la photo précédente, j'ai eu de la chance. Là, je ne peut pas faire autrement qu'accepter la présence de nombreux "figurants" involontaires

Pour la photo précédente, j’ai eu de la chance. Là, je ne peux pas faire autrement qu’accepter la présence de nombreux « figurants » involontaires

S’attarder plus de quelques secondes devant un stand, et c’est la garantie de se faire alpaguer par un vendeur ou une vendeuse. L’endroit est vite fatigant, mais génial !