Il n’était finalement pas utile de se lever tôt pour aller voir les tenues des amateurs de Cosplay au parc Yoyogi : ils n’y ont plus leur point de rendez-vous du dimanche. Par contre, le sanctuaire Meiji est plus fréquenté que jamais. Tellement en fait, que je renonce rapidement à prendre des photos. Par ailleurs, cette année marque le centième anniversaire de la disparition de l’impératrice Shoken, dont l’âme est censée reposer au sanctuaire ; De nombreux tableaux d’information ont été disposés pour la circonstance, et nous avons droit, en lien avec cet anniversaire, à un bonus inattendu et très appréciable : plusieurs écoles effectuent sur scène des démonstrations, de danse notamment, issues des traditions japonaises.

Meiji spectacle

Malgré la pluie qui commence, les très jeunes joueurs de taiko remportent un franc succès. C’est vraiment très bien, et à choisir, plus intéressant (à mon avis) que les déguisements.

Par contre, la rue Takeshita est toujours la même : envahie par une foule compact de jeunes japonaises et de touristes abasourdis. C’est le royaume du toc et de la fanfreluche, et vu le nombre de stands qui s’y trouvent, j’en déduis que l’on y mange exclusivement des crêpes.

Takeshita-dori un dimanche matin tout à fait normal

Takeshita-dori un dimanche matin tout à fait normal

Après un tel bain de foule, il est toujours amusant d’aller faire un tour au sanctuaire Togo, qui est à moins de 100 mètres, et où ne règne que calme et sérénité, autour de l’étang et des cerisiers. Difficile d’imaginer que deux mondes aussi contrastés se côtoient.

Sanctuaire Togo