La technique consistant à se lever tôt pour prendre de vitesse les autres touristes et profiter du soleil du matin ayant donné d’excellents résultats, nous partons sitôt avalé le petit déjeuner pour le nord-est de Kyoto : direction, Ginkaku-ji, le « Pavillon d’Argent ». Faut-il préciser que le site est classé par l’Unesco ? Contrairement à ce que son nom indique, et contrairement au Kinkaku-ji, le Pavillon d’Or, celui-ci n’est pas recouvert de feuilles d’argent. A l’origine résidence d’un Shogun, le site est devenu, à la mort de son propriétaire, un temple zen. Effectivement, le Pavillon d’Argent est bordé sur l’un de ses côtés par un jardin sec, dont les savants motifs dessinés au râteau dans le gravier sont censés refléter l’éclat de la lune, et sur l’autre par un jardin humide, qui grimpe rapidement sur la colline et offre un joli point de vue sur le site.

L’endroit est calme et très joli, mais fort mal adapté à l’accueil de touristes par car entiers. Lorsque nous avons visité, à 9h15, il y avait encore très peu de monde, mais pour ceux qui sont arrivés une heure après nous, la visite ne devait plus être vraiment Zen.

Le Pavillon d argent