Le carbet est une rivière dont la source nait sur les pentes de la Soufrière,  puis va se jeter dans la mer en formant 3 chutes successives. La première et la seconde chute font un peu plus de 100 mètres de haut, tandis que la troisième ne fait que 20 mètres, mais impressionne par son débit.

Chemin des chutesHélas, la première chute n’est accessible qu’après une bonne marche en forêt, il n’est plus possible de s’approcher de la troisième depuis l’éboulement de 2007, et la seconde, celle que je suis allé voir, est également en partie inaccessible. Elle n’est qu’à 15 minutes de marche du parking, mais depuis le séisme de 2004, il n’est plus possible de s’approcher à moins de 150 mètres, et le balcon aménagé afin d’offrir aux visiteurs un bon point de vue malgré la distance est également partiellement fermé.

Bref, l’intérêt de la visite repose davantage sur la promenade d’une demi-heure sous les frondaisons que sur la chute elle-même, que l’on peut apercevoir si l’on est tout au bout du balcon d’observation et que l’on a quelques talents de contorsionniste (du coup : impossible de prendre la moindre photo décente).

Vue depuis le départ du cheminSur le chemin commodément aménagé, on peut voir les multiples rigoles que l’eau emprunte lorsqu’il pleut. En ce moment, c’est la saison sèche et la chute elle-même n’a pas un débit très important, mais à voir les nombreux fossés, on devine que durant la basse-saison, la montagne entière doit ruisseler, et le chemin doit être totalement impraticable.