De retour dans les Nouveaux Territoires, pour une journée culturelle, qui débute avec Lam Tsuen et le « wishing tree ».

La coutume consiste à écrire son vœu sur un papier attaché par une ficelle à une mandarine, et à lancer celle-ci dans l’arbre à vœux en espérant que le tout y restera suspendu. La tradition est vraiment populaire, à tel point que l’arbre, déjà fatigué par le poids des ans, a failli s’effondrer sous le poids des vœux ! Il est aujourd’hui étayé de toutes parts, et formellement interdit d’y lancer quoi que ce soit.

Mais la coutume est néanmoins respectée, puisque qu’un peu plus loin, un fac-similé en plastique a été érigé, dans lequel qui souhaite formuler un vœu peut lancer une mandarine, également en plastique. J’avoue que j’ai un peu du mal à comprendre, mais il faut croire que l’aspect spirituel de la chose l’emporte sur le fait que les dérivés du pétrole n’ont jamais fait autre chose que polluer la planète.