Cours photo

Posted on 4 juin 2017

Cours de photographie chez Graine de photographe avec Alexis Anice, sur le thème du portrait. Ca fait un moment que j’attendais une occasion pour m’y inscrire. Il n’y a pourtant pas beaucoup de portraits sur ce blog (quasiment aucun en fait), mais pourtant, photographier les gens, c’est quand même à mon avis plus intéressant que photographier les arbres et les maisons.

Passionnant ! En 3 heures de conseils précis et de mise en pratique, j’ai eu l’impression de beaucoup progresser. Sans compter les éclats de rire avec les autres participants, dont certains ont réussi ce que plus personne ne croyait possible (moi le premier, ainsi que ceux qui détiennent dans un coffre-fort les photos de « Youri le cosmonaute » -ils se reconnaîtront) : réaliser des clichés sur lesquels je n’ai pas l’air du cousin souffrant d’un désordre mental sévère.

Il n’est pas évident du tout de jouer les modèles, surtout que, très clairement, chacun des 7 participants au cours préférait nettement être derrière l’objectif plutôt que devant, mais il semble bien que notre intérêt commun pour la photo et les premiers éclats de rire aient rapidement brisé la glace. Et en ce qui me concerne, c’était très amusant entre deux portraits plus classiques de demander à Patrice de prendre un air menaçant et à Elisa (sur la photo qui illustre l’article) un air terrorisé. Même si au final, ils étaient hilares tous les deux.

Je ne suis pas sur que les cours sur la photo d’architecture ou la photo de nuit seront aussi fun.

Elisa014

Portobello Road

Posted on 4 juin 2017

On a dit journée marchés aux puces, alors après Camden Town, direction Notting Hill et  Portobello Road.Portobello Road01C’est clairement bien plus « sélect », et d’ailleurs les vendeurs mettent davantage en avant un côté « antiquaire », plutôt que l’ambiance « souk » qui prévaut à Camden. Même les façades colorées sur Portobello Road restent sages. Du coup, c’est moins inattendu, et peut être moins intéressant que de se perdre dans le labyrinthe du Camden Market.

Par contre, le quartier de Notting Hill vaut aussi le détour pour les magnifiques demeures qui bordent les rues.

Camden Town

Posted on 4 juin 2017

Journée fripes et marché à Camden Town et Portobello Road, ou l’affluence de touristes et tout à fait impressionnante, tout comme le nombre de stands au marché aux puces et dans les rues.

Camden Market, c’est réellement gigantesque, et ça ressemble à un bazar tout juste organisé : des centaines d’échoppes sans plan d’ensemble, certaines en intérieur, dans des halles couvertes, certaines à l’extérieur.

Objectivement, il faut bien chercher pour trouver quelque chose de vraiment intéressant, 9 boutiques sur 10 vendant surtout de la pacotille, mais vu le nombre incroyable de boutiques, entre deux vendeurs de magnets ou de peintres sur sneakers (ça à l’air d’être la grande mode en ce moment à Londres), on tombe finalement sur quelque chose d’intéressant ou de plus authentique. Par exemple cette boutique qui vend des lampes et à su créer un décor sympa, ou celle qui fabrique sur mesure des articles de maroquinerie aux couleurs modernes, ou l’antiquaire spécialisé dans les goodies Star Wars : bandes dessinées, magazines, jouets anciens, figurines, il a vraiment tout. Je n’ai pas regardé les prix, nous autres, les fans de Star Trek, nous ne nous intéressons guère à ces histoires puériles de princesses et de chevaliers dans l’espace 😉

Et si on en a marre de la foule, il suffit de quitter le marché aux puces en longeant le canal.

London again

Posted on 30 avril 2017

La météo s’est trompée, l’incessante pluie prévue n’est pas arrivée, et il y a même eu du soleil durant une bonne partie de l’après-midi. Nous avons donc enchaîné les parcs : Saint James’s Park, Green Park, pour finir par Hyde Park.

Un rayon de soleil et on trouve des londoniens allongés au milieu des pelouses

Ensuite, balade du côté des boutiques au Shepherd Market, à la Burlington Arcade puis chez Fortnum & Mason, et enfin, promenade au hasard dans les quartiers centraux et animés : Chinatown, Piccadilly, Soho et Covent Garden.

Pas mal pour une première journée, mais pas terrible pour les photos.

Le Cheylard

Posted on 10 avril 2017

Le village

Le Cheylard, village de 3000 habitants, perdu au milieu des forêts ardéchoises, à l’extrémité Est du Massif Central. Et pourtant, c’est bien pour un déplacement professionnel que j’y ai passé deux jours (et je le reconnais, avant de devoir y aller, j’ignorais l’existence de ce village).

La remarque va sonner très parisienne, mais « perdu », c’est quand même bien le terme adéquat quand on constate que le centre urbain le plus proche est Valence, à 35 kilomètres à vol d’oiseau… qui deviennent 75 et une heure trente par la route, laquelle tournicote pas mal dès que l’on arrive dans les montagnes.

La ville ancienne est vraiment très intéressante : accrochée à flanc de colline et coincée dans une boucle de la Dorne, de hautes maisons en pierre dominent des ruelles particulièrement étroites et tortueuses. J’aurais peut être l’occasion d’y retourner en fin de projet, et, contrairement à ce déplacement ci, il faudra que j’emmène le matériel photo (l’iPhone ne s’en est pas trop mal tiré pour cette fois).

Le labyrinthe

Tout à l’air incroyablement ancien, et pour peu que certains bâtiments ne soient pas entretenus, il devient parfois difficile de distinguer où fini le rocher et où commence les constructions. Ne serait-ce l’éclairage électrique, on pourrait sans peine se croire revenu au Moyen-Age. Il y a un côté « décor de film » évident.

De plus, la vieille ville semble construite sans réel plan, par reconstructions successives, ajouts et démolitions. Ses ruelles sont souvent trop étroites pour les voitures et avec la pente de la colline, il y a de nombreux escaliers et impasses. L’illusion de se trouver dans un labyrinthe est parfaite !

Ulthar

Par contre, pour l’animation en soirée, on repassera. C’est bien simple, lorsque j’ai pris les photos qui illustrent cet article, vers 19h30, non seulement tout était fermé (cafés et restaurants compris), mais je n’ai croisé personne, à l’exception de nombreux chats.

Une ville très ancienne à l’aspect moyenâgeuse, bâtie à côté d’une rivière, des ruelles tortueuses dont les chats prennent possession à la nuit tombée : tout concorde, je ne suis plus en Ardèche mais bien dans les Contrées du Rêve, à Ulthar (en référence à l’excellente nouvelle de H.P. Lovecraft « Les Chats d’Ulthar« )

Vannes

Posted on 5 mars 2017

Courte semaine à Vannes, où malgré la pluie et le froid, il est bien agréable de pouvoir se rendre au bureau en 10 minutes de marche le long du port (et non 45 minutes de métro crasseux). Hélas, j’ai juste eu le temps d’entrevoir le centre historique et ses maisons à colombage, mais trop tard pour visiter quoi que ce soit ou prendre le temps de passer chez Chartier goûter les macarons.

vannes-mars-01

La prochaine fois, je prendrai l’appareil photo et le temps d’explorer les rues du centre ville.

vannes-mars-02